Documents

Cliquez sur une des catégories ci-dessous pour voir les fichiers téléchargeables :

There are 11 files, weighing 36,9 Mo with 4 190 hits in Santé.

Displaying 1 to 11 of 11 files.

Santé

  14-decembre---Des-soins-de-sante.pdf
» 201,4 Ko - 365 hits - 7 janvier 2018

  Aide et soins à domicile
» 720,2 Ko - 398 hits - 12 juillet 2016
Penser à l'autre Pensez à soi Deux millions de salariés se répartissent dans autant de foyers pour y apporter l'aide et les soins nécessaires au maintien des personnes à leur domicile. Si la qualité de la relation nouée avec les bénéficiaires est source de motivation, les intervenants se retrouvent souvent seuls face à la détresse physique et psychologique de ces personnes. Et sont soumis à des contraintes physiques qui engendrent maladies et accidents. Alors que le nombre de séniors dans la population française augmente et que les besoins en intervenants à domicile iront croissant, préserver leur santé et leur sécurité est un devoir. Les acteurs institutionnels et professionnels ont pris la mesure du défi à relever en mettant en oeuvre différentes actions de prévention.

  Contributions à la réflexion sur les nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie - Mission confiée à MM. Alain Claeys et Jean Leonetti
» 14,2 Mo - 352 hits - 19 avril 2016
Le présent document fait suite au rapport de présentation et texte de la proposition de loi de MM. Alain Claeys et Jean Leonetti remis le 12 décembre 2014. Ces contributions ont été rassemblées au cours des auditions qui se sont tenues à l'Assemblée nationale entre septembre et décembre 2014.

  Expertise sur les modalités de gestion des directives anticipées de fin de vie
» 2,6 Mo - 370 hits - 19 avril 2016
A la demande de la ministre des affaires sociales, de la santé et du droit des femmes, l'IGAS a été chargée, en juillet 2015, « d'identifier le ou les opérateurs susceptibles de porter le nouveau registre national des directives anticipées prévu à l'article 8 du projet de loi créant des nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie, en cours d'examen au Parlement». Cet article prévoit « que toute personne majeure peut rédiger des directives anticipées pour le cas où elle serait un jour hors d'état d'exprimer sa volonté et que ces directives sont conservées sur un registre national ». Ces directives anticipées ainsi expriment la volonté de la personne relative à sa fin de vie en ce qui concerne les conditions de la poursuite, de la limitation, de l'arrêt ou du refus de traitement ou d'acte médicaux. La lettre de mission ministérielle précise que deux fonctions différentes liées au dispositif de registre national sont à distinguer : « la fonction de communication et de promotion des directives anticipées, auprès du public et des professionnels de santé et la fonction de gestion du registre informatisé des directives anticipées... ».

  Faut-il légaliser l'euthanasie ?
» 5,0 Mo - 443 hits - 19 avril 2016
Novembre 2010 « Des voix toujours plus nombreuses s'élèvent pour demander que les malades incurables souffrant de handicaps très lourds ou de douleurs invalidantes chroniques se voient reconnaître, comme c'est déjà le cas dans certains pays, le droit de mettre fin à leurs jours avec l'aide de médecins. Le débat est régulièrement relancé par les médias relayant les appels de patients désespérés, mais aussi de leur famille ou des équipes soignantes qui se sentent abandonnées face à un choix tragique : se mettre hors la loi en « donnant la mort » ou « laisser souffrir mille morts ». Entre le maintien du statu quo par crainte qu'un pas vers « l'euthanasie active », même sévèrement encadrée, n'ouvre à d'incontrôlables dérives et le cas extrême de la Suisse où des sociétés privées peuvent faire de la publicité pour un service de « suicide assisté », quel parti adopter ? Luc Ferry et Axel Kahn mettent en perspective les arguments qui plaident pour ou contre une évolution de la loi en ce domaine ». Source : Conseil d'analyse de la société

  Fin de vie : le devoir d'accompagnement
» 457,6 Ko - 364 hits - 19 avril 2016
2003. Dans le cadre du débat sur l'euthanasie et pour comprendre la façon dont la société et les professionnels de santé appréhendent les enjeux de la fin de vie, Marie de Hennezel propose tout d'abord un état des lieux. De ce constat ressortent plusieurs éléments parmi lesquels le besoin de clarifier les termes du débat, d'harmoniser les pratiques, la nécessité de former et de soutenir les équipes ou encore le sentiment d'angoisse et de désarroi de la population face à la mort. La seconde partie du rapport présente les propositions de l'auteur qui, sans pour autant changer la loi, ont pour but de clarifier le débat, de renforcer les soins palliatifs et d'améliorer les pratiques professionnelles. D'autres propositions s'orientent vers une politique volontariste et cohérente de la formation des professionnels de santé, une meilleure compréhension des situations limites, un droit à l'information et au dialogue sur sa mort et enfin une culture de l'accompagnement.

  Les conflits d'intérêt au sein de l'AP PH
» 727,6 Ko - 425 hits - 4 mai 2016
Prévention des conflits d’intérêts au sein de l'AP-HP : rapport et propositions du groupe de travail

  Livre blanc de la gériatrie
» 8,4 Mo - 364 hits - 19 avril 2016

  Prévention des conflits d'intérêts en matière d'expertise sanitaire
» 2,5 Mo - 347 hits - 19 avril 2016
Rapport d'information fait au nom de la commission des affaires sociales sur l'enquête de la Cour des comptes relative à la prévention des conflits d'intérêts en matière d'expertise sanitaire Sénat. Commission des affaires sociales

  Rapport de présentation et texte de la proposition de loi de MM. Alain Claeys et Jean Leonetti créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie
» 1 017,3 Ko - 356 hits - 19 avril 2016
Le rapport constate que neuf ans après l'adoption de la loi relative aux droits des malades et à la fin de vie, la situation des personnes en fin de vie reste insatisfaisante. Les différentes lois successives restent méconnues des patients comme des médecins, limitant ainsi leur bonne application. De plus, de fortes inégalités territoriales existent dans l'accès aux soins palliatifs. Le texte de la proposition de loi, issue du rapport, prévoit le droit de limiter ou de refuser les traitements. Les patients en phase terminale, dont le pronostic vital est engagé à court terme, auront le droit de demander une sédation profonde et continue jusqu'à leur décès. Cette sédation s'accompagne obligatoirement de l'arrêt de tous les traitements de maintien en vie. Ce texte propose également la rédaction de directives anticipées sur un modèle standardisé sans durée de validité (trois ans actuellement), révisables à tout moment et figurant sur la carte Vitale de l'assuré social. Consultez également les auditions qui se sont tenues à l'Assemblée nationale entre septembre et décembre 2014 avec l'appui de l'IGAS.

  Rapport du CCNE sur le débat public concernant la fin de vie
» 1,1 Mo - 406 hits - 19 avril 2016
Ce rapport du Comité consultatif national d'éthique poursuit la réflexion autour du débat public sur la fin de vie, débat public initié il y a plus de deux ans, avec la mise en place en juillet 2012, par le Président de la République, de la Commission de réflexion sur la fin de vie en France présidée par Didier Sicard.

   

Email newsletter

Mon email

Pour vous désinscrire, vous devez cliquer sur le lien correspondant en bas de la newsletter reçue.

Partenaires

Editions-Harmattan